Travail en entrepôt frigorifique : quelles sont les risques pour la santé (partie 1)


De nombreux secteurs ont recours aux entrepôts frigorifiques pour respecter les conditions de conservation des produits à des températures et un taux d’humidité adaptés. Industries agroalimentaires, réseaux de distribution, entreprises de restauration ou prestataires de services, le froid est le quotidien des salariés en entrepôt frigorifique. Représentant principalement des activités de manutention, caristes et préparateurs de commandes sont les principaux métiers exposés aux risques liés au froid.

Spécialisée dans le marquage au sol avec une solution dédiée aux atmosphères réfrigérées, Separk vous présente un dossier spécial sur les conditions de travail en entrepôt frigorifique :

-          1ère partie : Quels sont les risques pour la santé ?

-          2ème partie : Les mesures de prévention dans la conception d’entrepôt frigorifique

-          3ème partie : Conception d’entrepôt frigorifique et marquage au sol

Températures et risques pour la santé

Les conditions auxquelles sont soumis les salariés proviennent des exigences de conservation des aliments, une température et une humidité contrôlées par des instruments de suivi   : thermomètre, hygromètre…

Classement des températures et risques pour la santé

On parle de froid positif lorsque les températures sont supérieures à 0°C et de froid négatif lorsqu’elles sont inférieures. L’INRS a défini différents niveaux de danger pour la santé liés à une exposition au froid en fonction des températures :

  • Risque faible : exposition de moins d’une heure à des températures entre 0 et -25°C sans formation d’engelure, avec une peau sèche sans transpiration, aucune sensation d’inconfort si l’on dispose d’équipements adaptés.
  • Risque modéré : lorsque les températures sont entre -25 et -40°C, la peau exposée peut alors geler entre 10 et 30min tandis que le visage et les extrémités risquent de s’engourdir avec l’apparition de gelures.
  • Risque élevé : pour le travail dans une atmosphère entre -40 et -55°C, des gelures peuvent survenir en moins de 10 min.
  • En dessous de -55°C, le danger est élevé avec des gelures qui apparaissent en moins de 2 min.

La réaction du corps avec le froid

Face au froid, le corps produit différentes réactions naturelles pour activer la production de chaleur et compenser l’atmosphère réfrigérée :

  • Le calibre des vaisseaux sanguins est réduit par la contraction des fibres musculaire.
  • Augmentation du débit cardiaque
  • Des tremblements et frissons témoignent de la contraction des muscles dans l’objectif de produire de la chaleur, un important travail musculaire qui dépense les réserves de l’organisme.

Les risques pour la santé du froid :

L’exposition prolongée au froid ou avec un équipement non adapté peut avoir de nombreuses conséquences sur le corps.

Tout d’abord, des symptômes indiquent que le corps subit l’exposition au froid et mettent en garde d’un danger. Connaître ces symptômes est essentiel pour éviter des conséquences graves pour le corps :

  • Sensation de nausées, fatigue, un comportement irritable.
  • Détérioration progressive des fonctions sensorielles.
  • Apparition de tremblements prolongés.
  • Détérioration des fonctions musculaires.
  • Certains cas représentant 10% de la population française sont concernés par le syndrome de Raynaud : le diamètre des doigts et orteils diminuent ce qui a pour conséquence une diminution de l’irrigation sanguin et un engourdissement plus rapide.
  • Apparition de douleurs qui disparaissent ensuite quand la température baisse ou le temps d’exposition est prolongé avec l’engourdissement.

Ces symptômes annoncent des conséquences dangereuses pour le corps :

  • Développement de troubles musculo-squelettiques.
  • Formation de gelure sur la peau : on distingue 4 niveaux de gravité de gelure comme pour les brûlures. Tout d’abord, la peau a tendance à blanchir puis à devenir bleue. Plus la gelure est profonde plus son état est dangereux et difficile à traiter.
  • Autre conséquence grave, le corps entre en hypothermie lorsque sa déperdition de chaleur est supérieure à sa production de chaleur. Pathologie la plus directement liée aux basses températures, l’hypothermie représente cependant peu de cas de décès en France.

Les salariés plus vulnérables au froid

Certains facteurs individuels de salariés doivent être connus afin de mettre en place une cadence adaptée et un suivi du médecin du travail pour les cas les plus vulnérables :

  • Contrôle et connaissance de la forme physique du salarié
  • Connaissance d’éventuels antécédents de lésions cardiaques ou vasculaires
  • Salariés asthmatique, diabétique
  • Salariée en cours de grossesse
  • Contrôle de l’alimentation des salariés, le travail en milieu frigorifique demandant davantage de ressources.
  • Présence d’alcool dans le sang ou prise de drogues ou médicaments non adaptées.

Les risques du froid liées aux conditions de travail

Certains facteurs liés au poste de travail peuvent renforcer le risque lié à l’exposition au froid :

  • Une exposition continue au froid. Il est important de respecter des pauses régulières dans des salles adaptées et chauffées. Ces salles doivent permettre le séchage des vêtements et proposer des boissons chaudes aux salariés.
  • Eviter des conditions de travail trop physiques avec d’importants efforts pouvant générer de la transpiration. Il faut prévoir une séquence de travail adaptée, la formation d’humidité sur le corps rendant le corps vulnérable.
  • Le niveau d’exposition est directement lié à l’équipement des salariés et l’ensemble des personnes accédant à l’atmosphère réfrigérée.

 

Sources :

- http://www.inrs.fr/risques/froid/prevenir-risques.html